Sobriété énergétique et croissance inclusive : l'Inde en quête d'un développement durable

Sobriété énergétique et croissance inclusive : l'Inde en quête d'un développement durable
7
Sommaire de l'article
Conjuguer développement humain et sobriété…
Situer l'Inde dans le développement durable
Les indicateurs d'une croissance inclusive en Inde
Les priorités du 12e Plan quinquennal indien
7

La recherche d'un développement durable en Inde doit permettre d'élaborer non seulement une réponse aux changements climatiques, mais aussi une croissance plus inclusive, amenant efficacement les populations les plus pauvres à de meilleures conditions de vie. La maîtrise de l'offre d'énergie, condition du maintien de la croissance économique comme du contrôle des émissions de gaz à effet de serre (GES), est un des points de départ incontournables de cette quête.

La recherche d'un développement durable en Inde se situe à un carrefour, entre chances à saisir et défis à relever. Faisant partie des plus vastes économies du monde, l'Inde est promise à une forte croissance économique. Elle est aussi la plus vaste démocratie. Pourtant, une grande part de sa population ne profite en rien de l'essor économique, ce qui en retour compromet l'accès aux libertés politiques et économiques constitutives d'une démocratie. Conserver une croissance élevée et inclusive représente donc pour le pays une exigence capitale, à la fois d'un point de vue politique, social et économique. La perspective d'une croissance forte, et sa nécessité, sont néanmoins susceptibles d'entrer en conflit avec les impératifs mondiaux en matière de changements climatiques. Le pays est un des plus faibles émetteurs de GES par habitant. Avec 1,4 tonne de CO2 par personne en 2010, les émissions de l'Inde représentent moins d'un tiers de la moyenne mondiale, qui s'élève à 4,5 tonnes de CO2 par personne, moins d'un quart de la moyenne chinoise et un douzième de celle des États-Unis. L'Inde est pourtant devenue le troisième plus gros émetteur de GES.

Parallèlement, l'importante population du pays est extrêmement vulnérable face aux changements climatiques et, malgré l'existence de services publics d'adaptation, les plus pauvres parmi les pauvres le sont comparativement encore plus. Il est donc d'autant plus essentiel pour l'Inde d'atteindre dès que possible un niveau de croissance plus élevé, qui s'accompagne d'une éradication rapide de la pauvreté. Le pays a le besoin urgent d'élaborer une nouvelle économie politique du développement durable afin de neutraliser ces impératifs, apparemment contradictoires à brève échéance, mais qui se révéleront sans doute complémentaires dans une perspective de développement humain à long terme.

Pour l'essentiel, cela impose que le processus de développement s'accompagne d'une intensification des activités économiques à grande échelle afin que l'ensemble de la population en profite. Avec le temps, la trajectoire du développement devient, dans une certaine mesure, de plus en plus écologique. Ainsi, l'intensité d'émission du PIB a diminué ces dernières décennies, principalement grâce à la mise au point et à l'utilisation de technologies efficaces. La question des changements climatiques oblige le processus de développement à surmonter les contraintes de temps et de dimension. En d'autres termes, les impératifs en matière de changements climatiques impliquent que la mise au point et l'utilisation de technologies respectueuses du climat interviennent dans un délai plus court et à une échelle mondiale.

Au sein d'un ordre économique mondial intégré confronté à des défis environnementaux internationaux exigeant une véritable implication nationale, dans quelle mesure l'Inde peut-elle concevoir et mettre en œuvre cette économie politique de développement durable ? Telle est la principale question qui se pose aujourd'hui, non seulement à l'Inde, mais sans doute au monde entier. Dans ce chapitre, nous étudierons les formes que revêt cet enjeu.

Le défi du développement en Inde

L'indice de développement humain (IDH) du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), dont les critères prennent en compte les aspects de bien-être économique, de dignité sociale et de liberté politique, est sans doute le meilleur indicateur des problèmes de développement auxquels un pays est confronté. Le Rapport mondial sur le développement humain de 2013 place l'Inde à la 126e place sur 186 pays selon son IDH. Cela montre que les besoins de développement du pays restent énormes et que d'importants progrès doivent être réalisés pour garantir une meilleure qualité de vie à la population. Le rapport entre l'IDH et la consommation d'énergie par personne est incontestable. Pour atteindre un IDH de 0,9 (cf. repère 1), il faut parvenir à une consommation minimale d'énergie par habitant de 2,3 tonnes d'équivalent pétrole (tep) par an. On a également et néanmoins constaté que les pays " retardataires " opéraient généralement leur transition vers de meilleurs niveaux de développement humain moyennant une moindre consommation d'énergie par habitant.

Il est très probable que l'IDH de 0,9 puisse être atteint moyennant une consommation énergétique par habitant de 1,5 tep/an. Au regard de ces pronostics optimistes qui tablent sur des besoins en énergie réduits, la consommation indienne par habitant était de 0,4 tep/an en 2011-2012, associée à un IDH d'environ 0,5. La consommation par habitant est freinée par la pauvreté, mais aussi par la faiblesse de l'offre énergétique (0,6 tep/habitant/an en 2011-2012). La question qui se pose n'est pas seulement celle de la faible consommation d'énergie par habitant mais aussi celle de l'accès aux services énergétiques. Près de 300 millions de personnes n'ont pas accès aux services énergétiques modernes permettant de cuisiner et de s'éclairer.

Bien qu'il soit difficile de quantifier le développement durable, la direction à prendre et les moyens pour y parvenir sont évidents. Il faut améliorer le bien-être humain tout en conservant l'équilibre entre les multiples considérations sociales, économiques et environnementales. Erling Holden et al. [2014] ont évalué la situation de plusieurs pays au regard du développement durable en combinant quatre paramètres : l'IDH (0,64 minimum), l'empreinte écologique (2,4 hectares/habitant/an maximum), le coefficient de Gini (40 maximum) et la part des énergies renouvelables dans le bilan énergétique (26 % minimum). Ils ont constaté qu'en termes de répartition de la prospérité et d'empreinte écologique, l'Inde s'inscrit pleinement dans les limites du développement durable. Néanmoins, le niveau global de prospérité est trop bas pour être tenable et le système énergétique indien est à la limite de la viabilité. Pour s'engager dans le développement durable, l'Inde doit donc rapidement augmenter son IDH et la part des énergies renouvelables. Étant donné le rapport incontestable existant entre l'IDH et la consommation d'énergie, l'enjeu peut se résumer à un objectif infrastructurel, à savoir : augmenter la part des énergies renouvelables à un prix abordable (cf. repère 2).

En Inde, la question de la dégradation de l'environnement, que ce soit au niveau national ou au niveau mondial, a toujours été envisagée comme faisant partie intégrante des enjeux du développement. Avec d'autres pays en développement, l'Inde a exprimé cette conception dès la première définition d'un programme mondial en faveur de l'environnement lors de la Conférence des Nations unies sur l'environnement humain qui s'est tenue à Stockholm en 1972. Elle a réaffirmé ce point de vue à l'occasion des négociations de 1992 à Rio. La communauté internationale l'a également fait sien dans des termes similaires et à des degrés divers. L'Inde a ardemment plaidé en faveur de l'article 4.7 de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui reconnaît l'éradication de la pauvreté et le développement socio-économique comme étant les " priorités premières et essentielles des pays en développement ".

Les mesures politiques prises par l'Inde pour faire face aux enjeux environnementaux ont, pour l'essentiel, également permis de répondre aux enjeux de développement. Augmenter la part des solutions énergétiques alternatives et non traditionnelles et encourager l'efficacité énergétique constituent les piliers de la stratégie indienne en matière de questions environnementales, et plus particulièrement de changements climatiques. Les premières initiatives politiques du début des années 1970 sont dictées par les menaces immédiates qui pèsent alors sur la sécurité énergétique, à la lumière de la crise du pétrole de 1973. L'évolution du climat fait que les bénéfices du développement obtenus jusque-là risquent d'être compromis par les menaces qui planent sur les infrastructures naturelles, matérielles et économiques.

Face aux différents dangers qui pèsent sur la santé, la nutrition, l'accès à l'eau potable, les sources traditionnelles de revenus, les services rendus par les écosystèmes, la vie et la biodiversité le long et autour des côtes, les infrastructures existantes sont impuissantes à maintenir les bénéfices du progrès. Les changements climatiques ont donc ajouté un impératif de temps et d'échelle à la quête de développement de l'Inde. L'Inde a besoin de se développer rapidement et à un rythme plus soutenu, ce qui implique en retour de prendre des mesures radicales en faveur des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique afin que les nouvelles infrastructures requises produisent moins d'émissions de GES.

Principaux acteurs plaidant en faveur d'une politique énergétique durable

C'est le gouvernement national qui a reconnu, au début des années 1970, la nécessité d'encourager de nouvelles formes d'énergie afin de protéger l'économie nationale des fluctuations du marché énergétique mondial. Partie aux principaux accords internationaux sur l'environnement, de la Déclaration de Stockholm en 1972 à la signature du Protocole de Kyoto en 1997, l'Inde a adopté une législation et des politiques visant à intégrer la protection de l'environnement aux programmes et stratégies de développement, en mentionnant expressément les accords internationaux dans les préambules des textes [Atteridge et al., 2012].

Depuis la fin des années 1980 et le lancement de programmes de modernisation et de rénovation visant à améliorer l'efficacité énergétique des installations industrielles, parallèlement à la libéralisation de l'économie, le secteur privé est également devenu, quoique lentement, un acteur important. Dans le contexte d'une intégration croissante à l'économie mondiale et d'une concurrence accrue, les entreprises du secteur privé ont pris conscience de l'importance de l'efficacité énergétique en même temps que des obstacles technologiques et financiers pour parvenir à une meilleure efficacité tout en restant compétitives sur le marché mondial. Le secteur privé est donc devenu un partisan de plus en plus convaincu des politiques en faveur de l'efficacité énergétique. La réussite de projets éoliens pilotes financés par le Danemark et l'Allemagne depuis la fin des années 1980 ainsi que l'essor d'entreprises comme Suzlon ont renforcé l'exigence de politiques en faveur des énergies renouvelables. À cela vient s'ajouter l'expérience du mécanisme de développement propre (MDP) qui a renforcé la confiance des acteurs privés et publics en la viabilité économique des solutions renouvelables et de l'efficacité énergétique.

Au cours de la dernière décennie, et plus particulièrement après la publication du quatrième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et le lancement du Plan d'action national sur les changements climatiques (National Action Plan on Climate Change, NAPCC) de l'Inde, la société civile et les gouvernements des États fédérés sont eux aussi apparus comme des acteurs essentiels. Au vu du rapport du GIEC et de négociations internationales sur le climat - qui suscitent de moins en moins d'espoirs -, et face aux préoccupations concernant la sûreté et la sécurité d'une population nombreuse et vulnérable, la société civile réclame avant tout au gouvernement national des mesures plus audacieuses. On demande par ailleurs aux États fédérés de décliner le NAPCC en Plans d'action locaux sur les changements climatiques (State Action Plans on Climate Change, SAPCC) et de fixer des objectifs stratégiques (comme les obligations d'achat d'énergies renouvelables). Face aux ressources et capacités restreintes des États, les SAPCC permettent une meilleure coordination avec les politiques nationales, et donc l'obtention de davantage de moyens. De ce fait, les États sont eux aussi devenus d'importants promoteurs des politiques énergétiques ayant une incidence sur le climat. Ces évolutions ont aussi contribué à faire émerger de nombreux spécialistes et chercheurs qui ont très tôt défendu l'harmonisation envisagée des politiques climatiques et énergétiques.

Dans l'ensemble, la transformation du secteur indien de l'énergie a procédé d'une logique descendante dans laquelle le gouvernement national a joué un rôle crucial, non seulement en déterminant la direction politique à suivre, les objectifs concrets, les infrastructures à construire, mais aussi en insufflant la motivation nécessaire aux autres acteurs. Le Programme accéléré de développement et de réforme du secteur de l'électricité (Accelerated Power Development and Reforms Programme, APDRP), entamé en 2002-2003 pour lutter contre les déperditions d'énergie lors du transport et de la distribution de l'électricité, illustre bien cette approche. Il a abouti à une réduction de plus de 9 % des déperditions entre 2005 et 2014. Afin de répondre aux préoccupations des différents acteurs, le gouvernement national a de plus en plus recours à des processus de concertation pour élaborer les politiques et les programmes. Le dispositif Perform, Achieve and Trade (PAT) Le dispositif correspond à un mécanisme de marché visant à augmenter l'efficacité, en termes de coûts, des améliorations énergétiques dans les grandes industries et infrastructures fortement consommatrices d'énergie, à travers des certificats d'économie d'énergie pouvant être commercialisés. , conçu dans le cadre de la Mission nationale sur l'amélioration de l'efficacité énergétique (National Mission on Enhanced Energy Efficiency, NMEEE), constitue un très bon exemple de la façon dont un organe du gouvernement national, le Bureau de l'efficacité énergétique (Bureau of Energy Efficiency, BEE), fait en sorte que toutes ces parties prenantes apportent largement leur contribution à l'élaboration des politiques. Le résultat est une politique climatique très précise et complexe, mais ambitieuse [Nandakumar et Shrivastava, 2013]. Néanmoins, les différends entre le gouvernement fédéral et les gouvernements locaux restent encore parfois difficiles à résoudre en raison d'une insuffisance de moyens et de conflits de compétence, par exemple sur la question des subventions au secteur de l'électricité.

Le contexte de l'offre énergétique

L'accroissement de l'offre énergétique est un impératif qui pose deux types de problèmes à l'Inde. D'abord, cette offre est extrêmement dépendante des importations, et cela risque de s'aggraver. Selon le rapport du Groupe d'experts sur la croissance sobre en carbone et inclusive [Commission de la planification, 2014], 40 % de l'offre énergétique commerciale provient de combustibles importés. Les importations couvrent plus de 70 % des besoins en pétrole, et cette proportion devrait dépasser les 80 % en 2027. Même les importations de charbon, principal combustible qui fournit 70 % de l'électricité, devraient augmenter, passant de 10 % en 2011-2012 à 30 % en 2027. D'autres études vont dans le même sens [TERI, 2014]. L'ampleur des importations pour la fourniture d'énergie ne pose pas seulement des problèmes en termes de sécurité énergétique mais également en termes de balance courante. La facture des importations de combustibles fossiles représentait 35 % des recettes totales d'exportation en 2000-2001, contre 60 % en 2012-2013. Le déficit de la balance commerciale en 2012-2013 s'élevait à 190 milliards de dollars des États-Unis.

Le second problème concerne la contribution du secteur de l'énergie aux émissions de CO2, qui s'ajoute aux incidences de l'extraction et de l'utilisation de ces combustibles sur la pollution de l'air et sur les ressources hydriques aux niveaux mondial et local. Le secteur de l'énergie est en Inde le plus gros émetteur de GES. En 2007, il était responsable de l'émission de 1 100,06 millions de tonnes d'équivalent CO2 sur un total de 1 904,73 millions de tonnes : 65,4 % de ces émissions provenaient de la production d'électricité, 3,1 % du raffinage du pétrole et de la fabrication de combustibles solides, et 2,9 % étaient dues aux émissions fugitives provenant de la manutention du charbon, du pétrole et du gaz naturel. Environ 15 % des émissions totales d'équivalent CO2 (soit 128,08 millions de tonnes d'équivalent CO2) provenaient des combustibles fossiles et de la combustion de la biomasse dans les habitations rurales et urbaines. Sachant que la majeure partie des infrastructures supplémentaires, tous secteurs confondus (bâtiments, production et transport d'électricité, déplacements, infrastructures liées à l'éducation ou à la santé), restent à construire, l'Inde doit concevoir un nouveau modèle de développement afin d'éviter la dépendance sur le long terme vis-à-vis d'infrastructures, de combustibles et de technologies à fortes émissions.

Le défi que l'Inde doit relever en matière de développement, dans un monde confronté aux changements climatiques, consiste donc à améliorer l'accès de son importante population aux services énergétiques tout en améliorant son IDH, sans pour autant renoncer ni aux impératifs macroéconomiques d'une économie nationale en pleine croissance ni aux impératifs écologiques dictés par la pollution atmosphérique mondiale.

La voie énergétique du développement jusqu'en 2030

En fonction des modélisations, l'estimation des besoins en énergie à l'horizon 2030 varie de 1 146 millions de tep (Commission de la planification, 2014) à 1 200 millions de tep (source : AIE, 2013), voire 1 700 millions de tep (source : gouvernement indien, IEP, 2006), contre 819 millions de tep en 2011-2012. D'après la Politique énergétique intégrée (Integrated Energy Policy, IEP), une croissance économique comprise entre 8 % et 9 % jusqu'en 2031-2032 nécessitera de multiplier par 4 ou 5 l'offre énergétique primaire de l'Inde, et par 6 ou 7 sa capacité de production électrique par rapport aux niveaux de 2003-2004. Si cela équivaut à un accroissement de l'offre primaire de près de 5,8 % par an, l'offre d'énergie commerciale devra augmenter au rythme plus soutenu de 6,8 % par an, les sources d'énergie non commerciales étant remplacées au fil du temps.

Selon le rapport du Comité d'experts sur l'économie sobre en carbone et inclusive, dans le cadre d'une croissance inclusive inchangée (scénario CII), l'intensité d'émission du PIB en parité de pouvoir d'achat (PPP) chuterait de 22 % en 2030 par rapport à 2007 alors que, dans le cadre d'une croissance inclusive sobre en carbone (scénario CISC), elle chuterait de 42 %. Les émissions par habitant devraient atteindre 3,6 millions de tonnes de CO2 en 2030 selon le scénario CII, mais pourraient se limiter à 2,6 millions de tonnes de CO2 selon le scénario CISC. Cela s'explique par : (a) une importante réduction des GES grâce à des mesures agissant sur la demande (l'intensité énergétique tombe de 0,121 kgep/dollar de PIB en PPA de 2007, en 2007, à 0,071 kgep/dollar de PIB en PPP de 2007, en 2030) ; et (b) une évolution du bouquet énergétique aboutissant à une diminution de 20 % de la demande de charbon et de pétrole brut et à une augmentation de 11 % de la demande de gaz naturel, associées à une multiplication par 6 de l'offre provenant de sources non fossiles.

L'autre source de réduction des émissions est la baisse du PIB, conséquence du changement de modèle d'investissement dans le scénario CISC par rapport au scénario CII. Le rapport estime que le scénario CISC impliquera une modération de la croissance du PIB de 0,16 % par rapport au scénario CII, tandis que le PIB lui-même sera 3,33 % inférieur en 2030. En outre, en vue d'atteindre un indice de développement plus élevé en 2030 qu'en 2007, les investissements cumulés devraient être plus ou moins équivalents dans les deux scénarios, comme le montre le repère 3, mais le scénario CISC nécessitera 50 % d'investissements supplémentaires dans le secteur de l'énergie. Ceci compte tenu du fait que pour produire le même volume d'énergie à partir de sources renouvelables, la capacité installée requise est plus importante que pour l'énergie d'origine thermique. Cela suppose également d'inévitables investissements dans d'autres secteurs de l'économie, notamment le secteur social.

Il est important de noter que, sur la réduction de 27 % des émissions prévue par le scénario CISC par rapport au scénario CII, 24 % provient de l'évolution du bouquet énergétique. Les prévisions de 2030 tablent donc résolument sur les énergies renouvelables. Les études reposent cependant en grande partie sur l'avènement rapide des technologies de nouvelle génération, notamment s'agissant du stockage, de la concentration héliothermique et des biocarburants.

Les difficultés technologiques

En théorie, l'exploitation accrue des sources d'énergies renouvelables, associée à une meilleure efficacité énergétique, doivent permettre d'atteindre le double objectif de sécurité énergétique et d'atténuation des changements climatiques, tout en allégeant la facture des importations énergétiques.

Ces vingt dernières années, l'intensité énergétique de l'économie (soit la consommation énergétique finale totale exprimée en tep par million de roupies de PIB en prix de 2005) a diminué de 50 %. La part des énergies renouvelables (hors grandes installations hydro­électriques) dans la capacité installée totale est quant à elle passée de 0,05 % en 1992 à 12,7 % en 2014. Les deux missions ciblées, à savoir la Mission nationale solaire et la Mission nationale pour une meilleure efficacité énergétique, dans le cadre du NAPCC, ont renforcé cette tendance.

Plusieurs instruments d'appui ont été mis en place pour accélérer le recours aux énergies renouvelables, y compris des subventions aux énergies renouvelables autonomes, des incitations fiscales en faveur de l'électricité éolienne et solaire, des obligations d'achat d'énergies renouvelables à tarif avantageux. S'agissant de l'efficacité énergétique, ces instruments comprennent des normes, ainsi qu'un étiquetage informatif pour les appareils et les voitures, des objectifs obligatoires d'amélioration de l'efficacité énergétique imposés aux industries énergivores (y compris les centrales électriques), des mesures de gestion de la demande reposant sur des contrats de performance, etc.

Malgré les progrès louables accomplis en termes d'amélioration de l'efficacité énergétique et d'intégration des énergies renouvelables dans le système énergétique, l'Inde a encore beaucoup de chemin à parcourir. Un certain nombre d'obstacles incitent le pays à la prudence avant d'encourager aveuglément la Révolution technologique verte, même si tout le monde admet qu'il en va de l'intérêt national à long terme. Afin de réaliser cette transformation du bouquet énergétique, et en sus de la mise à disposition en temps utile de solutions technologiques alternatives commercialement viables dans tous les secteurs, une expansion rapide de ces solutions associée à la construction accélérée des infrastructures connexes, un ensemble de compétences requises, des cadres réglementaires et institutionnels et une capacité de production suffisante des énergies renouvelables seront également nécessaires. Au vu de l'expérience de nombreux pays en développement ces soixante-dix dernières années, cela suppose de résoudre trois types de problèmes.

Des coûts technologiques plus élevés

Bien que les solutions renouvelables soient devenues plus abordables, leur coût reste un frein important. Les coûts initiaux de l'énergie verte sont ainsi particulièrement élevés. Trois types d'obstacles apparaissent : (a) le coût déjà élevé du capital dans les pays en développement dissuade les investisseurs d'opter pour des solutions coûteuses ; (b) les capacités de paiement limitées et la réticence à payer l'énergie cher rendent ces solutions moins intéressantes d'un point de vue économique ; et (c) les tarifs de l'électricité pratiqués afin de proposer des services énergétiques à des prix abordables ne couvrent pas les coûts d'approvisionnement et de distribution, et la compensation par les subventions de ces coûts élevés a ses limites, d'autant plus que l'objectif fixé est haut. La promotion des mesures d'efficacité énergétique se heurte aux mêmes types d'obstacles. Le plus souvent, les coûts élevés de la plupart des produits énergétiquement efficaces ne suscitent pas l'enthousiasme des consommateurs et ne correspondent pas à leur capacité de paiement. En outre, la période d'amortissement n'est pas satisfaisante.

Si l'on met en perspective les difficultés posées par le seul coût technologique, sur le plan macroéconomique, le Comité d'experts sur la CISC estime qu'un investissement supplémentaire dans le domaine de l'énergie correspondant à 1,5 % du PIB est nécessaire pour dépasser et aller au-delà du scénario CIT. L'étude du TERI estime que le coût de l'investissement technologique total non actualisé dans le cadre du scénario REN serait environ 42 % plus élevé que dans le scénario REF, nécessitant un investissement supplémentaire équivalent à environ 4 % du PIB cumulé entre 2011 et 2051.

Les problèmes d'innovation

Très fréquemment, les technologies disponibles sur le marché international ne conviennent pas aux conditions d'utilisation indiennes. Les conditions climatiques particulières font que certaines technologies sont moins adaptées au contexte indien. Ainsi, les températures élevées de l'été nécessiteraient que, pour le même prix, l'efficacité énergétique des climatiseurs soit deux fois plus importante que ce qu'elle est actuellement pour constituer un argument économique en faveur d'un niveau élevé de pénétration. Il est difficile de miser uniquement sur l'hydroélectricité en raison de sa dépendance vis-à-vis du cycle de la mousson, qui nécessite d'être compensée par une production électrique d'origine fossile. La qualité médiocre des matériaux bruts disponibles peut aussi réduire à néant les promesses d'efficacité énergétique. Ainsi, les technologies de pointe en matière de charbon propre ne génèrent pas la même efficacité énergétique avec le charbon indien. La Révolution de la technologie verte en Inde ne peut donc avoir lieu sans consentir à faire les efforts nécessaires de recherche et de développement qui permettront d'adapter les technologies aux conditions indiennes.

Dans ce contexte, la transition du bouquet énergétique indien vers les énergies renouvelables pose de sérieux défis en termes d'innovation. La possibilité théorique d'atteindre 100 % d'énergies renouvelables en 2050 repose sur le recours massif à plusieurs solutions qui ne sont pas encore suffisamment abouties. Ainsi, les progrès technologiques décisifs accomplis dans le domaine des biocarburants de 3e génération au cours des deux prochaines décennies seront indispensables pour faire évoluer le secteur des transports. De même, le scénario REN suppose de satisfaire d'ici 2051 l'ensemble des besoins industriels en chauffage jusqu'à 700° C grâce aux technologies. Il faudra donc que d'ici 2031, les technologies de concentration héliothermique soient des solutions commercialement viables, y compris pour les petites et moyennes entreprises, si elles veulent susciter davantage d'engouement et se répandre au cours des deux prochaines décennies. En outre, étant donnée la part importante des énergies renouvelables dans le bouquet électrique, en sus du développement de technologie de stockage, une meilleure intégration au réseau et de meilleurs systèmes de gestion de la charge seront nécessaires, avec effet immédiat [TERI, 2014].

Les capacités institutionnelles

L'Inde est un État fédéral dont la gouvernance est progressivement décentralisée. Des capacités institutionnelles sont requises à tous les niveaux de gouvernance afin de faciliter et d'accélérer la transition. Malheureusement, on constate d'importantes lacunes humaines et institutionnelles aux différents niveaux de gouvernance. La conception du mécanisme PAT par la Mission nationale sur l'amélioration de l'efficacité énergétique a révélé les lacunes existantes dans les organismes publics, les institutions financières et le secteur privé, s'agissant de l'évaluation, du suivi et de la vérification des projets [Nandakumar et Shrivastava, 2013]. L'élaboration des divers Plans d'action sur les changements climatiques au niveau des États fédérés a mis au jour une difficulté générale à élaborer des politiques et des programmes globaux [Dubash et Jogesh, 2014 ; Mishra et al., 2012]. Bien que de nombreux États aient adopté des politiques relatives aux changements climatiques, leur mise en œuvre reste problématique en raison de leurs capacités institutionnelles et financières restreintes [Srinivas, 2013]. En outre, il est indispensable d'avoir dès le départ conscience du fait que la mise en œuvre des actions s'effectue à différents niveaux de gouvernance et qu'à chacun d'eux, un problème revêt de l'importance pour diverses raisons. Les difficultés sont de ce fait également différentes. Les solutions, quelles qu'elles soient, doivent donc être construites à partir de cette diversité et permettre de répondre aux enjeux qui y sont associés.

La stratégie indienne en faveur du développement durable

Le développement durable est au cœur du 12e Plan quinquennal de l'Inde, qui énonce les diverses manières d'intégrer la durabilité aux objectifs nationaux de développement. Il définit la croissance économique, l'éradication de la pauvreté, l'emploi, l'éducation, la santé, les infrastructures, l'environnement et la durabilité comme étant des objectifs nationaux de développement. Ces objectifs se décomposent en 25 paramètres, tels que les compétences institutionnelles, l'équilibre territorial, la réduction des inégalités, l'accroissement de la productivité, la croissance agricole, l'investissement dans les infrastructures, la gestion des ressources hydriques, les sciences et technologies, le capital humain, et ainsi de suite (cf. repère 4). On peut aisément établir un lien entre ces paramètres et les différents Objectifs de développement durable (ODD) qui font l'objet des négociations du processus de Rio ainsi qu'avec les impératifs en matière de changements climatiques. Ainsi, les objectifs d'accès à l'énergie peuvent être combinés à l'exigence d'atténuation grâce à des technologies énergétiques efficaces et propres ainsi qu'à la réduction de la demande énergétique. De la même façon, les objectifs d'une meilleure productivité agricole et d'un meilleur accès à l'eau potable peuvent être associés aux impératifs d'adaptation grâce aux variétés de semences à haut rendement et résistantes à la chaleur, aux technologies et aux pratiques de stockage de l'eau. Le 12e Plan quinquennal intègre donc parfaitement les impératifs de développement durable et de changements climatiques en Inde.

En étudiant de plus près les paramètres des objectifs nationaux de développement, on se rend compte que la progression vers le développement durable passe par une mise en œuvre rapide et urgente des technologies vertes pour résoudre les problèmes de développement des infrastructures et d'amélioration de la productivité et de la durabilité. Le Plan quinquennal préconise d'ailleurs que les mesures prises s'appuient abondamment sur les sciences et les technologies, et insiste sur la nécessité de promouvoir un bond en avant sur le plan technologique.

Le Plan a répertorié 12 champs prioritaires qui, dans une certaine mesure, résument les principaux impératifs de développement. Le repère 4 présente une évaluation de ces 12 champs prioritaires à la lumière des principaux enjeux de la transition évoqués ci-dessus. Il est évident que, hormis concernant le champ des " technologies de pointe pour l'utilisation du charbon ", le coût cumulé des interventions en faveur du développement durable ne constitue pas un obstacle majeur. Les principaux freins sont les coûts initiaux et les capacités d'innovation. Si l'on excepte la Mission nationale pour l'énergie éolienne et le Programme pour l'efficacité énergétique des carburants automobiles, les coûts initiaux constituent une entrave essentielle à la quête de développement durable de l'Inde. Dans les domaines prioritaires où la réussite repose sur l'implication d'un grand nombre de participants et de multiples niveaux de gouvernance (programmes d'efficacité énergétique ; adoption plus rapide de codes de construction verts ; programmes d'éclairage, d'étiquetage et de super-efficacité énergétique ; amélioration du stock forestier et du couvert arboré), il est nécessaire de renforcer les capacités institutionnelles afin de permettre une meilleure sensibilisation à ces initiatives et leur meilleure compréhension. Le besoin d'innovations technologiques et leur portée sont tout aussi déterminants dans les champs prioritaires définis.

Les leviers du développement durable

Les difficultés décrites dans le repère 4 pour amplifier le développement durable en Inde soulèvent une question cruciale : l'Inde peut-elle, et dans quelle mesure, accélérer seule la mise en œuvre des stratégies répertoriées ? Jusqu'à présent, l'expérience a montré que le pays était tout à fait capable d'impulser par lui-même une dynamique mais qu'il risquait de ne pas réussir à surmonter les contraintes temporelles. Si la Mission nationale Jawaharlal Nehru sur l'énergie solaire est parvenue à faire baisser les tarifs de référence du solaire photovoltaïque et du solaire thermique (passés respectivement de 17,91 INR par kWh en 2010-2011 à 8,75 INR en 2013-2014 et de 15,31 INR à 11,9 INR), l'adoption de ces énergies à grande échelle avant 2030 n'a pas de sens en raison des coûts non actualisés élevés du système et de l'importance du volet subvention. Les avancées technologiques sont la clé. Si les tarifs de l'éolien ont augmenté moins vite que ceux de l'électricité thermique entre 2005-2006 et 2013-2014 (39,47 % contre 97,09 % dans l'Andhra Pradesh, et 23,53 % contre 67,11 % dans le Karnataka), ils restent en moyenne légèrement supérieurs au coût moyen unitaire de l'électricité thermique. Ils doivent encore être mis en œuvre à plus grande échelle.

L'expérience laisse à penser que l'existence d'un vaste marché des produits et des technologies contribue non seulement à faire baisser les coûts mais favorise également l'innovation. Dans le même temps, l'apprentissage par la pratique renforce les capacités institutionnelles. Il est donc nécessaire de renforcer les capacités institutionnelles afin de donner un sérieux coup de pouce au marché des nouvelles technologies, qui permettra simultanément de surmonter les difficultés liées aux coûts initiaux élevés et à l'innovation. Ce n'est pas simple à accomplir pour l'Inde, surtout au vu des niveaux de pénétration à atteindre dans un délai très court. Le levier permettant de passer à la vitesse supérieure est à chercher dans la coopération stratégique internationale : elle peut permettre de créer des marchés suffisamment vastes pour les nouvelles technologies et faire ainsi en sorte que le processus économique atteigne une vitesse autosuffisante de transformation.

Plusieurs initiatives de coopération internationale existent déjà pour appuyer les interventions technologiques. Le recensement des initiatives relevant d'organismes des Nations unies ainsi que d'une sélection de partenariats axés sur la promotion des mutations technologiques souligne l'apparente absence d'appui aux projets pilotes [O'Connor, 2014]. Du point de vue indien, il serait préférable d'obtenir une aide internationale pour des projets pilotes en lien étroit avec le développement et la création de marchés. Il faudrait dans cette optique entreprendre des projets pilotes d'ampleur suffisante et susceptibles d'adresser un signal clair au secteur privé et aux innovateurs concernant ces " nouveaux marchés pour nouveaux produits ". Ces types de projets exigeraient nécessairement une significative mobilisation politique et institutionnelle, qui favoriserait en retour le renforcement des capacités.

Conclusion

Intégrer la question des changements climatiques et du développement durable aux objectifs de développement nécessiterait de lever les obstacles au processus de développement, en même temps que ceux entravant l'élaboration de stratégies de développement respectueuses du climat. Pour l'essentiel, ces obstacles sont les même que ceux qui freinent l'intensification des activités économiques à grande échelle et la répartition plus large de leurs bénéfices dans la population. Avec le temps, la trajectoire de développement est devenue de plus en plus écologique, ce qu'atteste par exemple la réduction globale de l'intensité d'émission du PIB grâce à la mise au point et à l'utilisation de technologies efficaces. La question des changements climatiques oblige le processus de développement à surmonter les contraintes de temps et de dimension. En d'autres termes, les impératifs en matière de changements climatiques requièrent que la mise au point et l'utilisation de technologies respectueuses du climat interviennent dans un délai plus court et à un niveau mondial.

Conjuguer développement humain et sobriété énergétique

136e sur 186 pays en développement, l'Inde a encore de grands progrès à réaliser en termes de développement humain. Grâce aux technologies existantes, aujourd'hui, elle peut néanmoins et de manière réaliste espérer améliorer les conditions de vie de sa population à un moindre coût énergétique - et donc environnemental.
Afficher les médias

Situer l'Inde dans le développement durable

L'Inde s'inscrit pleinement dans les limites du développement durable mais doit améliorer ses résultats en matière de lutte contre la pauvreté et de fourniture d'énergie. Deux objectifs intimement liés.
Afficher les médias

Les indicateurs d'une croissance inclusive en Inde

Afficher les médias

Les priorités du 12e Plan quinquennal indien

Afficher les médias