Population (1) Nombreux et mobiles

Date: 2010
Régions:
Population (1) Nombreux et mobiles
Sommaire de l'article
Croissance au Sud
Plus de migrants que de naissance au Nord

Repère 1

En 2050, la population mondiale devrait atteindre un pic de croissance, avec environ 9 milliards de personnes, soit 2,4 milliards de plus qu'en 2009. L'essentiel de cette croissance viendra des pays du Sud, dont la population devrait passer de 5,6 à 7,9 milliards d'habitants. Au sein même de ce groupe, les pays les moins avancés conserveront le plus fort taux de croissance : 2,3 % par an.

Malgré la baisse globale de fertilité attendue, les projections réalisées par les Nations unies prévoient encore d'ici 2050 un doublement de la population dans 31 pays qui totalisent 1,7 milliard d'habitants en plus. L'Afghanistan, le Burkina Faso, la Somalie, le Timor et l'Ouganda devraient connaître une croissance de leur population supérieure à 150 % d'ici 2050. Neuf pays devraient à eux seuls compter pour la moitié de la croissance démographique mondiale sur cette période : l'Inde, le Pakistan, le Nigeria, l'Éthiopie, les États-Unis, la République démocratique du Congo, la Tanzanie, la Chine et le Bangladesh.

À l'inverse, 45 pays devraient enregistrer une baisse nette de leur population d'ici 2050. La Biélorussie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, Cuba, la Géorgie, l'Allemagne, la Hongrie, le Japon, la Lettonie, la Moldavie, la Pologne, la République de Corée, la Roumanie, la Fédération de Russie et l'Ukraine devraient ainsi enregistrer une réduction d'au moins 10 % de leur population, avant tout en raison du déclin de la fertilité. La plupart sont des pays industrialisés. De fait, on s'attend à une quasi-stagnation de la population des pays du Nord d'ici 2050, de 1,23 à 1,28 milliard. Cette légère croissance ne sera possible qu'avec l'accueil de 2,4 millions de migrants chaque année jusqu'en 2050. Sans migration, la population du Nord déclinerait aux alentours de 1,15 milliard d'habitants. Selon les Nations unies, l'Europe a elle seule devra accueillir 150 millions de migrants d'ici 2050, sous peine de voir sa population diminuer de façon irrémédiable.

un apport migratoire décisif. Dans neuf pays industrialisés déjà - Belgique, Macao, Luxembourg, Malte, Qatar, Singapour, Slovaquie, Slovénie et Espagne -, l'immigration représente un apport de population deux fois plus important que l'accroissement naturel (les naissances moins les décès). Dans onze pays ou territoires, elle contrebalance le surcroît de décès par rapport aux naissances : Autriche, îles de la Manche, Croatie, République tchèque, Allemagne, Grèce, Hongrie, Italie, Japon, Portugal et Fédération de Russie. Selon les projections des Nations unies, les flux devraient continuer entre les zones de forte et de basse natalité pour la période 2010-2050. Les moteurs et les modalités de migrations se sont considérablement diversifiées au cours des dernières années. Aux migrations de travail, encadrées par des accords bilatéraux, ont ainsi succédé les migrations familiales, les migrations économiques, les migrations saisonnières et circulaires. On ne part pas d'un point A vers un point B pour une seule et unique raison ; les itinéraires sont complexes, et les motifs nombreux et interdépendants. Toute politique migratoire devra tenir compte de cette complexité et trouver des réponses adaptées. 

Croissance au Sud

Afficher les médias

Plus de migrants que de naissance au Nord

Afficher les médias