Le choc carbone : prendre en compte les coûts réels du changement climatique

Le choc carbone : prendre en compte les coûts réels du changement climatique
Sommaire de l'article
Les marchés du carbone chinois
Le carbone compris dans le commerce international

La consommation des énergies fossiles est l'équivalent d'un fardeau fiscal : il va nous falloir en effet ponctionner dans le budget des États pour faire face aux conséquences du changement climatique durant les prochaines décennies. Comme rendre visible ce fardeau " caché " ? Le principe pollueur-payeur suggère de " taxer le carbone " au sein des industries à forte intensité de combustibles fossiles. Avec quel succès ?

Adaptation de l'ouvrage de Schapiro Mark, 2014, Carbon Shock: A Tale of Risk and Calculus on the Front Lines of the Disrupted Global Economy, White River Junction, Chelsea Green Publishing. Sous les pressions causées par le changement climatique, le monde naturel se caractérise par le chaos et l'incertitude. Les régimes habituels de précipitations, de températures et de conditions climatiques extrêmes évoluent si rapidement que les références passées sont de moins en moins pertinentes.

Les scientifiques appellent cette mutation la " fin de la stationnarité ". Nous ne pouvons plus nous baser sur les événements passés pour prédire les probabilités futures.

Et il apparaît clairement que la volatilité de notre monde naturel transforme également notre monde financier. Le passé offre de moins en moins d'indices pour prédire l'avenir. De nouveaux risques entrent dans l'équation, et de nouveaux coûts se glissent dans les bilans des grandes entreprises et des nations. Le coût insaisissable du carbone, payé sous tant de formes différentes - notamment celle d'un nouveau produit financier mondial des plus insolites - est en passe de devenir le plus grand perturbateur économique du xxie siècle.

Ce n'est pas comme si le carbone n'avait pas toujours eu un coût ; il se trouve que, jusqu'à présent, ce coût a été la plupart du temps invisible. L'ordre économique actuel n'en tient pas compte. Tout comme une illusion d'optique peut déjouer l'œil et lui faire voir quelque chose qui n'est pas là, la comptabilité traditionnelle détourne notre attention des coûts invisibles ; nous ne voyons que les profits. Et notre croissance économique a eu besoin que ces coûts restent un mystère. Les entreprises profitent d'un faux livre de comptes dans lequel les impacts néfastes sur l'environnement de l'énergie utilisée pour fabriquer, distribuer et éliminer tout ce qui est produit sont considérablement sous-estimés. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE, United Nations Environment Programme - UNEP), les 3 000 plus grandes entreprises mondiales occasionnent des coûts environnementaux annuels s'élevant à 2,15 billions de dollars [UNEP finance initiative, 2011].

La plupart de ces coûts sont liés aux gaz à effet de serre (GES) émis par la consommation de combustibles fossiles, dont découle 82 % de l'énergie utilisée dans le monde [Agence internationale de l'énergie, 2013]. En 2011, le gouverneur de Californie Jerry Brown faisait part de ses craintes concernant le changement climatique à l'Académie des sciences naturelles de San Francisco. En se référant à Thomas Hobbes, politologue du xviie siècle qui considérait le gouvernement comme un instrument permettant de contrôler l'intérêt personnel " brutal " de l'humanité, J. Brown déclarait vouloir " éviter une situation hobbesienne, cette brutalité qui émerge quand la situation devient tendue " [California Academy of Sciences, 2011]. La principale crainte de J. Brown concernait les milliards de dollars qu'il allait falloir ponctionner dans le budget de l'État pour faire face à l'accélération des conséquences du changement climatique, et les affrontements susceptibles de se produire entre les nombreux intérêts puissants (pour plus de détails sur la Californie, voir chapitre 7).

À l'échelle mondiale, il n'est pas difficile de retrouver T. Hobbes dans notre monde perturbé par le climat - nous payons déjà ce qui équivaut à un impôt sur les combustibles fossiles dans toutes les actions du secteur public visant à combler le vide financier créé par le changement climatique. Ces coûts nous frappent sporadiquement dans divers endroits et à des moments différents : c'est pourquoi ils ne sont pas perçus comme un " impôt ". Mais chaque fois que nous utilisons des combustibles fossiles, nous alourdissons notre fardeau fiscal, lequel se déploie comme une série de portes dérobées, tout comme le changement climatique lui-même.

Les deux plus grandes économies du monde, les États-Unis et l'UE, estiment que les coûts des vagues de chaleur, des inondations et du flot accéléré de réfugiés fuyant des terres sur lesquelles ils ne pourront plus subvenir à leurs besoins s'élèveront à des centaines de milliards de dollars. Ces deux économies considèrent le changement climatique comme un défi majeur pour la stabilité politique. Le Forum économique mondial (World Economic Forum, WEF) estime que l'irrégularité de l'approvisionnement en eau est l'un des principaux défis pour la stabilité économique [Forum économique mondial, 2014]. L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) prédit une hausse des prix alimentaires à mesure que la situation se rapprochera des conditions de " tempête parfaite " - moins de précipitations dans les zones déjà arides, et plus de pluies torrentielles dans les zones déjà humides. Ne serait-ce qu'aux États-Unis, les efforts de relèvement après les ouragans de 2012 - dont la gravité a été attribuée, au moins en partie, au changement climatique - se sont élevés à plus de 40 milliards de dollars. Le Council of Economic Advisers du président Barak Obama prévoit que les coûts du changement climatique augmenteront de 40 % pour chaque décennie qui verra le niveau d'émissions de GES continuer sur la trajectoire actuelle.

La géopolitique du climat et le prix du carbone

Pour mieux évaluer nos options, la seule solution est peut-être de considérer les changements climatiques à travers le prisme de leurs coûts. Nous favorisons la production utilisant les combustibles fossiles en raison d'une comptabilité trompeuse et parce qu'environ 500 milliards de dollars de subventions annuelles sont accordées dans le monde aux industries des combustibles fossiles [Agence internationale de l'énergie, 2014]. Le fait que des fonds publics soient utilisés pour subventionner la source de carburant qui nuit aux conditions de la vie sur Terre défie toute logique, pour ne pas mentionner les principes du libre marché. La dissimulation des coûts réels des combustibles fossiles, associée à l'effet de distorsion du marché des subventions, mènent à penser que les combustibles fossiles constituent la forme d'énergie la plus économiquement viable. Dans un monde sous contrainte carbone, les risques de cette approche économique trompeuse du développement sont de plus en plus évidents.

Perception des risques et révélation des externalités

Nos cerveaux sont généralement programmés pour voir les risques se trouvant juste en face de nous ; nous percevons les menaces qui stimulent l'instinct de lutte ou de fuite. Mais la menace du changement climatique est d'un autre ordre - elle est kaléidoscopique, se produit sous des formes dramatiques et subtiles, simultanément sur toute la planète. " Nos modèles de gestion des risques sont encore programmés pour chercher des lions dans le Serengeti ", explique Mark Trexler, directeur général de The Climatographers, un cabinet de conseil sur les risques climatiques. " Voir le lion - courir. C'est encore ce que nous faisons dans l'espace climatique Tiré d'un entretien avec l'auteur, 19 novembre 2013. . "

Mais les lions dans le désert ne sont pas la menace. Le Serengeti lui-même, berceau de la vie humaine qui représente la planète, est en pleine transformation. Les régimes que nous traversons aujourd'hui sont inédits.

Ce que nous appelons " empreinte carbone " peut aussi être considéré comme l'incarnation du risque financier. En 2013, l'Association de Genève, une association de recherche de l'industrie de l'assurance, a appelé à un nouveau paradigme pour évaluer le risque, car les changements météorologiques et de températures dépassent les calculs actuariels classiques. Dans un Rapport sur les risques climatiques, la Lloyds of London concluait ainsi : " Nous prévoyons la possibilité croissante d'attribuer les pertes liées aux conditions météorologiques à des facteurs du changement climatique d'origine anthropique. " Ajoutez à cela les risques de perturbation des chaînes de production et d'approvisionnement ; les répercutions en termes de réputation du fait que consommateurs et investisseurs prennent conscience des conditions environnementales dans lesquelles leurs produits préférés ont été fabriqués ; ainsi que les initiatives réglementaires des gouvernements, qui instaurent des sanctions sur les émissions de GES, par à-coups mais de plus en plus - et les risques montent d'un cran. Pourtant, il n'est pas obligatoire de signaler la plupart de ces facteurs aux investisseurs potentiels, bien que tous pourraient sérieusement miner la valeur financière des entreprises dépendant des combustibles fossiles.

Mais ces coûts, pour la plupart, ne figurent pas dans la comptabilité officielle des entreprises qui en portent la responsabilité car c'est le public qui les paie. " Regardez les contradictions des déclarations financières ", commente Pavak Sukhdev, ancien conseiller spécial à l'Initiative pour une économie verte (IEV) du PNUE et haut responsable de la Deutsche Bank, aujourd'hui chef de la direction du cabinet de conseil GIST basé à New Delhi, travaillant avec l'ONU et d'autres clients sur l'identification des risques et des coûts environnementaux.

" Les entreprises doivent publier des informations telles que les éventuelles contestations judiciaires, les bonus des directeurs, les nouveaux règlements, qui sont susceptibles de représenter des millions de dollars de passifs. Mais il reste des milliards de dollars d'externalités dont elles n'ont pas à rendre compte parce que personne ne leur demande de le faire. Et elles peuvent s'élever à des milliards de dollars... Les externalités représentent le plus grand avantage gratuit de l'histoire du monde Tiré d'un entretien avec l'auteur, 22 mai 2013. . "

L'économie du carbone et le " dilemme de la tasse "

Depuis près de deux décennies, des négociateurs tentent de remédier au déséquilibre entre ceux qui créent le risque et ceux qui en règlent le coût en établissant un prix reflétant la responsabilité pour les dommages sur l'écosystème mondial causés par les GES, qui soit assez lourd pour faire abandonner l'énergie à base de combustibles fossiles. Mais le retrait des États-Unis du processus de Kyoto en 2001 a obligé le monde à improviser un prix du carbone. Au lieu d'un prix, nous avons eu des variations sauvages de prix et un écart grandissant entre les pays qui ont au moins un prix minimum pour le carbone et ceux qui n'en ont pas.

En même temps, les réponses variées apportées au changement climatique ont secoué l'ordre géopolitique, tout comme il est en train de bouleverser l'ordre naturel et économique. De nouvelles puissances émergent et d'autres perdent leur pouvoir.

Si l'action sur le changement climatique s'est concentrée en Europe ces dix dernières années, elle s'étend aujourd'hui à de nouveaux centres comme le Brésil et la Chine, deux pays en développement à croissance rapide, dont l'expansion économique devance celle des États-Unis et de l'Europe.

En 2010, le Brésil était le pays en développement leader incontesté de la politique climatique. Ses nombreuses ressources sobres en carbone, en eau, en arbres et en bio-déchets agricoles faisaient apparaître le pays comme un précurseur environnemental ; plus de 80 % de l'énergie brésilienne provient de sources renouvelables, dont l'hydroélectricité, le thermique et l'éolien, et seulement environ 15 % de combustibles fossiles.

Cette même année, Biancha Bastos Ame­ricano, l'une des principales négociatrices climat du gouvernement pendant la présidence de Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2011), m'a expliqué la façon dont le Brésil s'en sortirait dans un monde dans lequel le carbone aurait un prix.

En montrant une tasse à café en céramique, elle remarqua :

" Voyez cette tasse. Dans un monde où un prix du carbone serait défini, le Brésil battrait n'importe quel autre pays. Y compris la Chine ! L'énergie nécessaire au traitement de l'argile de cette tasse a été obtenue à partir de barrages hydroélectriques alimentés par l'eau de l'Amazonie. La tasse a été fabriquée dans une usine de céramique alimentée par de la biomasse. Elle a été transportée ici par un camion fonctionnant au biodiesel. "

La tasse en question était une tasse à expresso blanche typique, comparable à toute autre tasse utilisée dans le monde entier. Sauf que la plupart de ces tasses sont fabriquées en Chine, et que celle-ci avait été faite au Brésil. Elle coûtait un tout petit peu plus cher que les tasses à café bon marché importées de Chine, en provenance d'usines probablement alimentées au charbon.

L'idée que cette tasse brésilienne blanche ordinaire deviendrait relativement moins chère que son homologue chinoise importée si celle-ci prenait en compte le prix de l'énergie utilisée pour la produire semblait résumer la question financière centrale posée par le dilemme climatique : comment une tasse à café fabriquée avec plus d'énergie renouvelable pourrait-elle devenir au moins aussi compétitive que des tasses fabriquées à partir de sources d'énergie destructrices ? Ce " dilemme de la tasse " est à petite échelle le défi qui tourmente le monde depuis deux décennies. Et les Brésiliens ont été surpris quand, trois ans plus tard, une réponse à ce dilemme économique est venue d'un des lieux les plus inattendus.

L'action des BRIC

En 2013 à Rio de Janeiro, un groupe de responsables du Brésil, d'Amérique latine et d'autres pays en développement se sont réunis pour une Conférence sur le climat coparrainée par la Banque mondiale et l'État de Rio de Janeiro. À cette occasion, Wu Delin, le vice-maire de la ville chinoise de Shenzhen, a prononcé un discours qui a secoué l'assistance. Il a annoncé que le gouvernement de Pékin avait décidé de commencer à pénaliser les producteurs de combustibles fossiles, invitant les provinces les plus industrialisées du pays à créer leurs propres systèmes de plafonnement et d'échange (cf. repère 1).

W. Delin a expliqué que l'objectif de Shenzhen était d'être la première province exigeant que les industries à forte intensité de combustibles fossiles achètent des quotas d'émissions de GES. Sa ville s'était positionnée pour tester ce qui allait devenir un programme national. Parmi les plus grands émetteurs de la province, deux cents seraient soumis à des plafonds d'émissions, et ils seraient censés acheter des quotas sur le nouveau marché du carbone créé à Shenzhen. L'objectif était de réduire l'intensité de carbone de l'industrie du Guangdong de 25 % d'ici 2015.

" Nous avons été stupéfaits Tiré d'un entretien avec l'auteur, 17 octobre 2013. ", explique Walter Figueiredo de Simoni, secrétaire de l'Environnement de l'État de Rio de Janeiro. Économiste de formation, W. De Simoni avait passé l'année précédente à négocier avec les entreprises de son État pour essayer de lancer un marché ou mettre en œuvre une taxe carbone minimale. Mais il avait été contrecarré par l'opposition de l'industrie. Les entreprises affirmaient qu'une telle mesure nuirait à leur compétitivité par rapport à leurs concurrents mondiaux, à savoir la Chine. Et soudain, la Chine annonçait qu'elle allait unilatéralement accomplir ce que W. de Simoni avait essayé de faire, sans succès, depuis plus d'une année. " Regardez les deux pays ", dit-il :

" Le Brésil est considéré comme le plus écologique, mais nous ne sommes pas aussi prêts à agir. La Chine est considérée comme le pays le plus sale, mais ce pays se prépare de façon beaucoup plus agressive à cette économie plus verte. "

D'autres marchés ont été lancés en 2014, dans les provinces de Shanghai, Pékin, Chongqing et Tianjin. Le premier producteur et utilisateur de combustibles fossiles mondial commençait à donner un prix au carbone. Pour la première fois, les industries de ces provinces allaient devoir tenir un inventaire permanent (pas encore accessible au public) de leurs émissions de GES. Pratiquement du jour au lendemain, le marché du carbone chinois est devenu le deuxième au monde après le Système d'échange européen. Les consommateurs du monde entier commencent à payer ce prix, aussi petit soit-il, dans leurs importations chinoises.

L'initiative chinoise a vu le jour quelques mois seulement après que l'Académie chinoise de planification environnementale ait proclamé que le coût de la dégradation de l'environnement pour l'économie chinoise avait en 2010 été multiplié par 3 par rapport à 2004, pour atteindre environ 3 % du PIB national. Et si les marchés du carbone peinent encore à obtenir un prix suffisamment élevé pour encourager les investissements à grande échelle dans les énergies renouvelables, ils commencent à lever le voile sur les tours de passe-passe comptables qui ont longtemps masqué les coûts réels des combustibles fossiles.

Le Brésil, quant à lui, est devenu le moteur de la promotion des énergies renouvelables en Amérique latine et en Afrique lusophone. Le président Lula s'est engagé à réduire ses émissions de 39,1 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2020 - un objectif réalisé en grande partie par des réductions significatives des taux de déforestation, même si elles ont été partiellement compensées par une augmentation des émissions de CO2, notamment dans le secteur des transports, alors que le gouvernement lançait un plan de développement économique dynamique sous Dilma Rousseff. Le pays a commandé son propre " mini-Rapport Stern ", qui a conclu que si les tendances climatiques actuelles continuaient, le PIB du pays pourrait chuter à hauteur de 500 à 2 000 milliards de dollars d'ici 2050.

Enfin, le changement climatique était présenté dans la langue que les politiciens et les industriels comprennent : l'argent. Tandis que notre connaissance des coûts économiques du changement climatique s'améliore, la danse codifiée, suivant laquelle chaque côté se comporte de façon prévisible suivant des lignes établies de longue date, n'est plus respectée - comme le suggère l'accord historique signé en 2014 entre les États-Unis et la Chine.

Responsabilité des GES et principe pollueur-payeur

Mais cette nouvelle ouverture s'accompagne d'un nouvel ensemble de défis (surmontables). Le principe pollueur-payeur au cœur de l'approche soulève une question fondamentale dans une économie mondiale où les biens sont produits dans un endroit et consommés ailleurs : est-ce le producteur ou le consommateur qui est responsable des émissions de GES associées à cette production ?

" Vous ne pouvez pas dissocier la production de la consommation ", explique Cindy Isenhour, professeure agrégée d'études environnementales au Climate Change Institute de l'Université du Maine aux États-Unis Tiré d'un entretien avec l'auteur, 3 janvier 2013. . La Terre peut être " plate " quand il s'agit de la production, mais elle est certainement ronde quand il s'agit des GES - et le cercle se referme sur les consommateurs du monde entier (cf. repère 2).

Un bref portrait de trois villes-clés de cette dynamique émergente offre un aperçu des différentes façons d'envisager la responsabilité des GES.

Qui est responsable ?

La ville de Pittsburgh, en Pennsylvanie, est au cœur de l'histoire industrielle des États-Unis. Longtemps centre de la production industrielle américaine, Pittsburgh a produit l'acier qui est devenu l'épine dorsale de la puissance industrielle de l'Amérique du xxe siècle.

Puis, dans les années 1980 et au début des années 1990, l'acier a commencé à partir. Aujourd'hui, Pittsburgh est devenue un autre symbole - celui de la ville " verte " moderne. Les brochures municipales présentent un centre-ville à la silhouette étincelante, avec une des plus fortes concentrations de " bâtiments verts " des États-Unis. Le long de la rivière Allegheny, une ancienne ligne de tramway, transportant autrefois les travailleurs dans les usines, est devenue une " promenade verte " bordée d'arbres pour les piétons. À quelques blocs de cette promenade, les carcasses des aciéries sont encore visibles. Elles aussi ont été transformées : en copropriétés avec vue sur la rivière, restaurants gastronomiques, clubs de musique et boutiques. Là où vivaient des générations de familles dépendant du forgeage de métaux lourds se trouve maintenant une classe intellectuelle et créative proposant ses innovations aux industries high-tech et biomédicales en plein essor de la ville, s'appuyant sur une ensemble d'Universités de calibre international.

Une coalition composée d'hommes et de femmes d'affaires, d'urbanistes et d'ingénieurs de l'environnement a conçu un plan de développement faisant de Pittsburgh une plaque tournante de l'innovation dans le domaine du design écologique. Les 2 à 3 millions d'habitants du " grand " Pittsburgh se sont avérés responsables du dégagement dans l'atmosphère de 6,8 millions de tonnes métriques de GES, soit environ 2,3 tonnes par habitant. En 2013, la ville était en bonne voie pour atteindre son objectif de réduire ses émissions de 20 % d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 2005, et vise des baisses progressivement plus importantes à l'avenir. Pittsburgh est l'une des premières villes innovatrices en climatologie urbaine.

Dans le centre-ville, les fenêtres des gratte-ciel sont inclinées pour maximiser la lumière naturelle, la chaleur est acheminée depuis des bassins thermaux souterrains profonds, et des panneaux solaires tapissent les toits. Le transport en commun s'est développé, des subventions pour l'énergie solaire et thermique ont favorisé une expansion de l'énergie renouvelable à petite et à grande échelle pour les résidents et les entreprises, et les services d'élimination des déchets ont été améliorés, renforçant le recyclage et les mesures d'économie d'énergie. Les grands promoteurs immobiliers ont convenu de réduire de moitié leur empreinte carbone de 2003 d'ici 2050 ; la ville compte désormais la plus forte concentration de bâtiments certifiés LEED dans le pays. Même les US Steelworkers, l'un des premiers syndicats industriels du pays, font aujourd'hui la promotion des " emplois verts ". La transformation de la ville a été si complète que le G20 y a tenu sa conférence annuelle en 2012, soulignant que la stratégie " verte " de la ville était un modèle postindustriel. Pittsburgh, autrefois le siège des empires industriels d'Andrew Carnegie et Andrew Mellon, est aujourd'hui l'une des villes de taille moyenne d'Amérique les plus " vertes ", selon le Green City Index de The Economist [Economist Intelligence Unit, 2011].

Court Gould, directeur exécutif de Sustainable Pittsburgh, une coalition qui a contribué à la transformation de la ville, a fait remarquer qu'autrefois, " un père emmenait son fils dans leur cour, regardait les usines et la fumée qui s'en échappait, et lui disait : "Regarde ça, c'est mon travail. Cette fumée-là, c'est de l'argent." Plus maintenant. La pollution n'a plus l'odeur de l'argent. Maintenant, elle a l'odeur des coûts. C'est un signe d'inefficacité. "

Les émissions de GES de Pittsburgh ont chuté. La ville a perdu sa base manufacturière et est devenue un endroit bien plus agréable à vivre. Elle s'est dotée de nouveaux outils d'efficacité, a écarté les sous-produits manufacturiers nocifs et s'est remodelée en ville bien plus dépendante des cerveaux que des muscles. Qu'est-il donc arrivé à tous ces polluants autrefois rejetés par Pittsburgh ? Où sont passés les GES ?

Les producteurs

Sur la côte sud de la Chine, Guangzhou est une ville de 10 millions d'habitants. Les cargos qui viennent dans les ports ici et dans la province environnante du Guangdong sont chargés d'un conteneur par seconde environ - quelque 40 millions de caisses de marchandises exportées chaque année dans le monde entier. Les conglomérats industriels de la province abritent plus d'un millier d'entreprises de fabrication et de distribution d'acier. Celles-ci produisent les poutres de gratte-ciel, les pièces automobiles, les appareils électroménagers, les navires, les réfrigérateurs, et même les ponts américains - tous ces produits en acier autrefois fabriqués à Pittsburgh et dans d'autres villes du Midwest.

Guangdong est également, selon les estimations de l'ONU, l'une des dix provinces les plus émettrices de carbone d'un pays lui-même premier émetteur mondial. À quelque 13 000 kilomètres de Pittsburgh, le CO2 qui venait de cette ville s'échappe aujourd'hui dans l'atmosphère de Guangzhou. En même temps que les industries, leurs émissions de GES ont migré. Les fabricants chinois produisent les émissions qui auraient autrement été produites à Pittsburgh et, plus largement, par toutes ces usines qui soit ont externalisé leur production hors des États-Unis, soit ont été écrasées par la concurrence chinoise. Entre 1990 et 2010, rapporte le Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (Cired), les émissions liées aux produits importés par les pays développés en provenance des pays en développement - c'est-à-dire essentiellement la Chine - ont augmenté en moyenne de 10 % chaque année.

La Banque mondiale estime qu'environ un quart de l'ensemble de la production de la province de Guangdong, et même de toute la Chine, est destiné à l'exportation vers les États-Unis, l'Europe et le Japon. Les émissions de GES qui en résultent sont appelées par les économistes " émissions intermédiaires ". Elles sont la pollution cachée derrière les biens que nous consommons.

Les résidents du Guangdong ont une empreinte annuelle par habitant de 7,8 tonnes [Wang, Zhang et al., 2012] - un peu plus que celle d'un habitant de Pittsburgh. Mais alors que seulement 6 % des émissions de Pittsburgh proviennent de sources industrielles, le secteur industriel chinois est responsable de 56 % des émissions en Chine - près de 10 fois plus, en pourcentage du total, que celles de Pittsburgh.

L'écart entre les émissions industrielles de Pittsburgh et Guangzhou, qui a commencé à remplacer le premier en tant que centre de production d'acier dans les années 1980, suggère que les choix de vie des habitants de Pittsburgh n'ont pas changé quand le système économique, fondé sur la production à fortes émissions de GES, se modifiait autour d'eux. Les citadins chinois, dont certains ont littéralement remplacé les sidérurgistes américains, ont une empreinte personnelle beaucoup plus faible, en pourcentage du total, que leurs homologues de Pittsburgh. En bref, les Chinois produisent des GES pour notre compte.

La Fondation Carnegie estime que l'empreinte par habitant des Américains augmenterait de 2,4 tonnes par an si leur consommation - essentiellement de produits fabriqués en Chine - était prise en compte. Pratiquement tous les pays développés, selon l'Institut pour l'environnement de Stockholm, ont sérieusement sous-estimé leurs émissions de 20 à 30 % parce qu'ils n'ont pas pris en compte l'augmentation de la consommation.

La mondialisation a modifié le calcul de la responsabilité des GES. L'urbaniste Richard Feldon, basé à San Francisco, a travaillé avec la branche américaine du Conseil international pour les initiatives écologiques locales (International Council for Local Environmental Initiatives, ICLEI) pour concevoir un ensemble de protocoles de réduction des émissions. Ces derniers, qui ont été adoptés par les villes américaines en 2012, visent plus de 200 villes à travers le monde. R. Feldon explique que l'inclusion de la consommation dans les calculs de GES a été la question la plus controversée pendant les trois années nécessaires pour identifier les sources de GES primaires dans les villes américaines, car la limite est floue entre notre contribution en tant que consommateurs et la contribution des industries en tant que producteurs. Cette question donne une nouvelle signification au caractère " vert " des villes.

" Imaginons que Pittsburgh ait gardé sa base industrielle, et que son acier soit utilisé dans une ville comme San Francisco ", souligne R. Feldon. " Eh bien, il serait injuste de dire que San Francisco, en vertu de ce scénario, est une ville plus verte que Pittsburgh. " La même équation, explique-t-il, s'applique à Pittsburgh et Guangzhou - ou, disons, aux États-Unis ou à l'Europe, conjointement les plus gros consommateurs mondiaux, et à la Chine, le plus grand producteur mondial. Cela signifie également qu'en refaisant les calculs, les États-Unis passent du deuxième au premier rang des émetteurs de GES ; l'Europe, du troisième au deuxième ; et la Chine bascule de la première à la troisième place.

Les citadins représenteront 70 % de la population mondiale d'ici 2020 : réduire les émissions des villes est donc l'un des défis fondamentaux de l'élaboration d'un nouveau système énergétique qui maintienne les GES à des niveaux au moins vivables. Le fait que les émissions ne se produisent pas dans notre cour ne veut pas dire qu'elles ne sont pas les nôtres. C'est là une réalité qu'au moins une ville dans le monde prend en considération.

Tenir compte des consommateurs

Bienvenu à Manchester, berceau de la révolution industrielle. Cette ville a connu une trajectoire semblable à celle de Pittsburgh. Les textiles étaient pour Manchester ce que l'acier était pour Pittsburgh. Tout comme Pittsburgh, après avoir été l'un des principaux émetteurs de GES de son pays, Manchester est devenu un centre d'innovation dans la haute technologie, et héberge un pôle universitaire menant des recherches de pointe sur les énergies renouvelables. Les héritages de ces deux villes sont étroitement liés à l'évolution des émissions de GES et leur contribution au changement climatique.

Ville de la première usine à charbon du monde, Manchester figure en première place dans la répartition historique des responsabilités des GES. Au xviiie siècle, cette énergie au charbon était mise au service du traitement des grandes quantités de coton que l'Angleterre importait de ses colonies en Asie et en Afrique du Nord. En 1850, Manchester était largement considérée comme un modèle de ville industrielle moderne.

" C'est au milieu de ce cloaque infect ", écrivait Alexis de Tocqueville après avoir visité Manchester, peu de temps avant son incursion légendaire aux États-Unis, " que le plus grand fleuve de l'industrie humaine prend sa source et va féconder l'univers. De cet égout immonde, l'or pur s'écoule ".

Aujourd'hui, les entreprises textiles ont disparu depuis longtemps - plusieurs sont retournées en Inde et en Chine. Dans les années 1990, la ville connaissait une flambée du chômage. Toute une génération de travailleurs était contrainte de vivre de l'assistance de l'État ou de quitter Manchester. Les émissions de GES s'en sont allées avec eux. Puis, en 1996, l'IRA commettait un attentat à la bombe, blessant plus de 200 personnes et détruisant le quartier du centre-ville. C'est alors, selon Sarah Davies, chef de stratégies environnementales pour le Greater Manchester Combined Authority, que la ville a dû choisir la façon dont elle voulait se reconstruire.

Il y a eu un " changement d'état d'esprit ", estime-t-elle. Manchester allait retrouver son rôle de centre d'innovation technologique, mais cette fois, cette innovation serait adaptée à la vision émergente d'une nouvelle économie sobre en carbone. " Nous avions créé une économie énergivore ", dit-elle. " Nous portions désormais en partie la responsabilité d'en trouver la sortie. "

L'histoire industrielle de Pittsburgh et de Manchester peut être similaire, mais la façon dont les deux villes comptabilisent leurs émissions de GES ne l'est pas. Le Pittsburgh's Climate Inventory, plan de réduction des émissions de la ville, précise :

" Les émissions résultant d'activités et décisions personnelles et liées aux entreprises qui pourraient être évaluées dans un inventaire individuel, de type empreinte carbone, sont exclues de l'approche d'inventaire des émissions de GES au niveau de la ville. "

En d'autres termes, la ville ne compte pas le carbone incorporé dans les biens et services que ses résidents consomment, ou gênèrent par leurs déplacements.

En revanche, le plan à long terme publié par le conseil de la ville de Manchester appelle à comptabiliser et à réduire les émissions des résidents de la ville " partout où ces émissions se produisent ". Ces émissions intermédiaires comprennent l'énergie nécessaire à la production et au transport de la nourriture ; l'extraction et la transformation du pétrole utilisé par les voitures et les usines de la ville ; les émissions générées par la fabrication des appareils électriques ; et des estimations des émissions du transport aérien. L'ajout de ces émissions basées sur la consommation augmente d'environ 30 % la contribution en GES de chaque citoyen, selon une estimation de 2012 réalisée par le Greater Manchester Combined Authority.

Cette autorité, qui représente quelque trois millions d'habitants de la ville et des collectivités environnantes, a lancé une initiative visant à réduire l'empreinte écologique de la ville non seulement sur place, mais aussi dans les pays produisant les biens consommés par ses habitants. Sa marge de manœuvre est limitée ; les villes n'ont généralement pas de politique étrangère. Mais dans cet espace limité, les politiques d'approvisionnement de Manchester favorisent les marchandises importées aux incidences plus faibles en termes de GES que leurs concurrents, et la ville s'est engagée dans un effort de sensibilisation des employeurs et des propriétaires de logements sur l'importance d'acheter des biens plus près de chez eux et de réduire leur consommation d'énergie, pour l'économie de la ville ainsi que pour la planète.

Le bureau de S. Davies parraine le Carbon Literacy Project, un projet visant à sensibiliser les habitants de la ville sur les raisons pour lesquelles la réduction des émissions de carbone a un sens pour l'économie et pour l'environnement. " Gagner plus, payer moins, avoir une qualité de vie décente, voilà ce à quoi les gens aspirent ", explique-t-elle. " Alors la sensibilisation au carbone doit se faire par ces canaux. Il faut que les gens considèrent la "prospérité" comme étant "verte". " L'objectif à long terme de Manchester est de réduire ses émissions de 41 % par rapport aux niveaux de 2005.

" Cette cible nous rend plus attractifs pour les investisseurs ", explique S. Davies. Les entreprises européennes, japonaises et autres ont poursuivi une R&D " verte " - s'inspirant du riche bassin de talents des Universités locales - et les entreprises textiles sont incitées à revenir dans la ville, attirées par les nouvelles technologies économes en énergie. Cela crée des emplois et réduit les coûts de transport à fortes émissions de GES. Entre 2007 et 2012, le secteur " vert " de l'économie de la ville a vu la création de 37 000 nouveaux emplois, ce qui représente 7,5 milliards de dollars transitant par Manchester, qui auraient autrement été ailleurs - un " ailleurs " qui aurait probablement utilisé beaucoup moins de technologies économes en énergie. L'économie du Greater Manchester a progressé de 4 % en 2012, alimentée en grande partie par l'injection d'investissements verts d'après S. Davies, à un moment où la croissance stagnait au Royaume-Uni.

Bien entendu, les villes, tout comme les pays, sont limités dans leur capacité à influencer les pratiques de production des autres pays : les gouvernements sont habitués à agir dans les limites traditionnelles de leur juridiction nationale.

Mais si le changement climatique est en train de modifier les conditions fondamentales sur la Terre, il est également en train de changer notre sens des limites de ces concepts traditionnels. Pittsburgh et Manchester sont signataires d'un engagement à réduire leurs émissions de GES, lequel a été signé par plus de trois cents villes du monde. L'action de ces deux villes est peu connue, mais Manchester tente de tirer parti de son influence limitée pour s'assurer que les industries polluantes à forte intensité de GES ne soient pas simplement déplacées pour être implantées ailleurs. Son approche propose une voie à suivre, alors que les zones urbaines dans le monde se débattent avec les injustices qui se cachent derrière la lutte pour limiter leurs émissions de GES.

Un prix du carbone pour une économie responsable

En fin de compte, le changement climatique est le révélateur le plus efficace de la façon dont nous sommes connectés à l'échelle mondiale : les effets dévastateurs du changement climatique nous unissent au-delà des frontières nationales, tout comme la lutte pour ralentir le rythme du changement. Obligez les industries à forte intensité de combustibles fossiles à inclure leurs coûts énergétiques réels, et vous créerez des règles du jeu bien plus équitables, où les énergies renouvelables pourront rivaliser. Un prix du carbone uniforme permettrait à des villes comme Manchester de ne plus être des cas isolés. Cela pourrait aussi permettre aux grands centres de production d'en bénéficier ; les énergies solaire et éolienne en Chine et en Inde devraient représenter pas moins de deux tiers des nouvelles capacités d'énergie d'ici 2030 [Bloomberg New Energy Finance, 2014].

Les marchés du carbone chinois

Sept marchés locaux chinois du carbone ont vu le jour depuis fin 2013, tests grandeur nature pour un éventuel marché national à venir. Ils représentent ensemble le deuxième marché mondial après l'Union européenne et contribuent à intégrer la valeur du carbone dans les produits exportés.
Afficher les médias

Le carbone compris dans le commerce international

Les échanges de biens comptent pour 20 % des émissions de carbone mondiales. La part des pays développés et émergents, tous très engagés dans le commerce international, est très importante dans ces émissions " cachées ".
Afficher les médias