Ce que fera la deuxième génération

La valorisation de déchets d'exploitations forestières, pour lesquelles aucune consommation d'engrais n'est nécessaire, devrait permettre aux filières éthanol et biodiesel de deuxième génération de présenter des bilans GES meilleurs que ceux de la première génération. D'après les valeurs publiées dans la directive européenne, les filières de deuxième génération émettront entre 76 % et 87 % pour l'éthanol et entre 92 % et 95 % pour les autres filières de moins que les références essence et gazole issues du pétrole brut. Ces gains sont donc dans tous les cas supérieurs aux seuils de réduction minimum actuels et futurs fixés par l'Europe. Mais ils ne prennent pas en compte les émissions dues aux éventuels changements d'usage des sols pour produire la ressource.
Afficher les médias