Afrique, entre investissement et accaparement

Les données en matière de transactions foncières restent difficilement accessibles. Les dernières estimations arrivent néanmoins à plus de 34 millions d'hectares de terres agricoles sous contrat en Afrique, mais le total pourrait être quatre fois plus important. Ces terres sont dédiées à des usages variés - biocarburants, plantations forestières... - et pour seulement 13 % à des usages alimentaires. Des investissements importants donc, mais qui ne profitent que très marginalement aux besoins de l'agriculture familiale africaine.
Afficher les médias