Adaptation : inventer son financement

Date: 2009
Thèmes:
Régions:
Adaptation : inventer son financement
9
Sommaire de l'article
Quels financements pour l'adaptation ?
Des fonds plus nombreux mais ouverts à qui et…
9

Jusqu'en 2007, le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) était le seul mécanisme multilatéral de financement de l'adaptation. Depuis, de nouveaux fonds ont été créés, certains en dehors du FEM, voire en dehors de la Convention sur le changement climatique. Parallèlement, des engagements financiers sans précédent ont été annoncés, témoignant d'une prise de conscience de la part des donateurs. Ce nouveau cadre reste néanmoins embryonnaire et doit relever une série de défis conceptuels et pratiques.

Il reste en effet à définir ce que l'on entend par adaptation et, par là même, quels types de projets ces fonds peuvent concrètement aider. Plus précisément, il est important de déterminer en quoi l'adaptation diffère des projets et programmes jusqu'alors rassemblés sous le terme de " développement ". Est-ce que l'adaptation se limite aux effets négatifs du changement climatique, voire aux changements directement liés à l'activité humaine ? Ne devrait-elle pas au contraire s'élargir à des programmes plus larges de développement durable ? Au-delà du débat conceptuel, l'enjeu est politique. Beaucoup de pays en développement craignent que les fonds d'adaptation soient détournés vers le financement de la conservation de l'environnement chère aux pays du Nord, - au détriment des besoins de leur population. Nombreux sont ceux qui s'opposent aussi à une approche sous forme de prêt (et non de don) pour financer l'adaptation à un problème principalement provoqué par les pays développés. Une définition trop large et un fonctionnement opaque des fonds peuvent alimenter une suspicion quant à la volonté des donateurs d'aider réellement les pays en développement à se préparer aux changements climatiques en cours et de reconnaître leur part de responsabilité dans l'origine de ces changements.

financer pour négocier. Plus largement, l'organisation du système multilatéral de financement de l'adaptation ne peut pas être séparée des négociations internationales à venir sur la répartition des efforts de lutte contre le changement climatique après 2012. Les mécanismes de financement existants peuvent se classer selon deux types de gouvernance. Les fonds du FEM et de la Convention sur le changement climatique sont en général perçus comme plutôt démocratiques, mais fondés sur des procédures trop complexes pour être réellement efficaces. Les fonds issus du G8 ou de la Banque mondiale sont par opposition considérés comme étant gérés efficacement mais peu transparents, avec une représentation insuffisante des pays en développement. Aujourd'hui, ce deuxième type d'organismes canalise les fonds les plus importants. Cette préférence des donateurs pour des institutions moins démocratiques pourrait peser négativement sur la relation de confiance qui doit se développer afin que les négociations climatiques sur l'après-2012 puissent aboutir.

Quels financements pour l'adaptation ?

Les fonds pour l'adaptation sont des mécanismes récents dont l'avenir dépendra des bailleurs et d'outils spécifiques comme les marchés carbone. Comparer leurs moyens actuels ne donne donc qu'une vision partielle de la question.

Afficher les médias

Des fonds plus nombreux mais ouverts à qui et pour faire quoi ?

La multiplication des fonds dédiés à l'environnement constitue une avancée politique importante de la communauté internationale face au changement climatique. Néanmoins la réussite de ces fonds nécessite qu'ils offrent aux pays en développement un mode d'association aux décisions qui corresponde à leurs attentes.
Afficher les médias