50 % d'urbains dans le monde ?

Date: 2010
Régions:
50 % d'urbains dans le monde ?
1
Sommaire de l'article
Compter les villes
Abonnema est-elle vraiment une ville ?
1

Repère 14

En 2009, aucune action politique ou économique, aucune conférence, aucun programme de recherche ou aucun reportage portant sur l'urbanisation du monde ne semble pouvoir faire l'économie d'une petite phrase de justification qui frappe l'imagination : " Désormais, la majorité de la population mondiale vit dans les villes ". Certains affirment " depuis 2007 ". D'autres, plus prudents, reconnaissent que l'on n'est pas très sûr ni de la date, ni du chiffre de 50 %. Mais l'affaire semble entendue, puisque, ajoute-t-on, la part de la population de la planète vivant dans les villes va augmenter de manière inéluctable. Ce qui n'est également qu'une hypothèse.

Le taux d'urbanisation mondiale avancé communément manque pourtant singulièrement de consistance. Aucun expert n'est de fait en mesure de régler la question de l'hétérogénéité de données produites par les instituts statistiques nationaux. Chaque pays retient une définition de l'urbain qui lui est propre et de nombreux pays proposent même plusieurs définitions concurrentes et donc plusieurs chiffres.

La définition fait la ville. L'exemple de Paris illustre parfaitement ce problème. Selon l'Insee et d'après les résultats du recensement de la population de 1999, Paris compte, au choix, 2,1 millions, 9,7 millions ou 11,2 millions d'habitants, selon que l'on considère respectivement la ville administrative proprement dite (105 km2), l'unité urbaine définie par la continuité des constructions agglomérées (2 723 km2), ou l'aire urbaine délimitée par le bassin des migrations quotidiennes domicile-travail (14 518 km2). Selon la définition, les résultats obtenus sont très différents. Tous les indicateurs qui en résultent, et tous les discours qui s'appuient sur les chiffres en sont affectés : densité de la population, nombre d'emplois, prix du foncier... Pendant près d'un demi siècle, Paris a perdu des habitants, tandis que l'agglomération ne cessait d'en gagner. Les limites de la ville n'ont pas bougé depuis 1860, tandis que celles de l'agglomération et de l'aire urbaine n'ont cessé de s'étendre.

La notion officielle d'agglomération (unité urbaine) n'existe pas dans les trois quarts des pays. Et quand bien même cette définition serait identique dans deux pays, le seuil minimum de population pour être " urbaine " varie considérablement : 10 000 habitants en Grèce, 2 000 en France, 200 en Suède... Le critère de " ville administrative " n'est pas plus opérant pour comparer des résultats internationaux. Appliqué à Paris, il ne décrit qu'un cinquième de l'agglomération parisienne, tandis que Chongqing devient la plus grande ville du monde, avec plus de 30 millions d'habitants pour une superficie de 82 000 km2 - l'équivalent de l'Autriche. Or, l'agglomération centrale de Chongqinq rassemble moins de 4 millions d'habitants, le reste étant dispersé dans 1 300 petites villes et villages peuplés majoritairement de paysans. On pourrait tout aussi bien décider que l'Autriche est une " ville ", de sorte que 100 % de sa population deviendrait subitement urbaine dans les statistiques internationales.

Vaut-il mieux considérer l' " aire urbaine " définie par les flux domicile-travail pour établir des comparaisons et des tendances à l'échelle mondiale ? Pas davantage, car le type d'informations statistiques nécessaire à ce calcul n'existe que dans quelques rares pays développés. Si les services statistiques de l'ONU recommandent bien une définition, seuls quelques pays en tiennent compte. Les États restent souverains sur la production de leurs propres conventions statistiques, rappelant inéluctablement l'origine même de ce mot venu de l'italien statistico et qui signifie " qui concerne l'État ".

Compter les villes

Qu'ils mesurent le taux d'urbanisation ou la taille des populations urbaines, les chiffres officiels montrent partout un décalage entre les définitions statistiques et la réalité observée par satellite. Le Danemark ou la France surestiment ainsi l'urbanisation de leurs territoires alors que des pays comme l'Inde ou l'Égypte tendent à minorer la taille de leur population urbaine.
Afficher les médias

Abonnema est-elle vraiment une ville ?

Abonnema, delta du Niger (Nigeria), était donnée pour 41 972 habitants au recensement de 1991. En réalité, l'agglomération s'étend sur 1,5 km2 et loge à peine 12 000 habitants. Le reste de la population vit dispersée dans les mangroves.

Afficher les médias